Sherman Alexie – Le premier qui pleure a perdu

IMG_1316

« Je dessine parce que les mots sont trop imprévisibles. Je dessine parce que les mots sont trop limités. […]  Donc je dessine parce que je veux parler au monde. Et que je veux que le monde m’écoute. »

Résumé

Vous savez ce qui arrive aux gogols sur la réserve ? On se fait tabasser. Au moins une fois par mois. Eh ouais, je fais partie du Club du Coquard du Mois…  » Le garçon qui parle ainsi est Junior, un Indien Spokane. Né tout cassé tout tordu, il accumule les handicaps : myope, maigre et premier de la classe. En vrai, Junior est drôle et assez lucide pour savoir qu’il n’aura aucun avenir s’il reste avec les siens. Il décide alors d’aller à l’école des Blancs, voir ailleurs s’il y est. Admis au prestigieux lycée de Reardan, Junior quitte la réserve. Comme il est né. En éternel optimiste. Best-seller aux USA, ce roman  » presque autobiographique  » parle de mille choses sans tabou et avec un humour ravageur : l’amour, l’amitié, l’exclusion, la faim et surtout l’espoir. Romancier, nouvelliste, poète, Sherman Alexie, dont l’œuvre est publiée chez Albin Michel, capture ce qui fait de la vie une aventure universelle.

Mon avis

J’ai trouvé ce livre par hasard, à la bibliothèque de mon université et en lisant la quatrième de couverture je vous avoue que je l’ai trouvé plutôt intriguant. Ce livre nous donne pour moi un témoignage poignant grâce au personnage sur les circonstances de sa naissance. J’ai aimé la maturité des propos ainsi que l’humour permanente. C’est un livre passionné, sur l’amour des choses, l’amour de la vie et de ce qui nous entoure. Une douceur et une force émane de ce livre. Il y a une relation touchante entre le personnage principal et son animal. J’ai perçu ce livre comme un « retour aux sources », qui nous fait revenir à ce qu’il y a de vraiment important dans la vie. Le personnage de Junior est d’une puissance incroyable, il va au bout des choses, se démarque malgré les difficultés qu’on traverse avec lui. C’est une réelle inspiration pour tous. Aussi, le roman aborde différents sujets comme la maladie ou encore la pauvreté, sans complexe et sans artifice. L’auteur raconte à merveille les combats que nous pouvons mener contre soi-même mais aussi contre les autres. Sachant que ce roman est partiellement autobiographique, cela ajoute encore plus de réalité et de personnalité à cette œuvre. La plume de Sherman Alexie est très plaisante d’autant plus qu’elle sait nous faire réfléchir sur des points qui me semblent importants, avec une part d’espoir. Les dessins de Junior qui parsèment le roman apporte une touche de fragilité et de sensibilité à l’œuvre mais en même temps transmettent de façon simple des valeurs telles que l’amitié et la tolérance. J’ai aimé découvrir la vie dans les réserves car à ma connaissance peu de livres abordent cette condition de vie qu’on les Indiens. En bref, je vous conseille vivement ce livre assez original et diversifié à tout point.

Ce roman compte pour le Challenge Jeunesse/Young Adult de Muti

challengejeunesseya71328

Publicités

3 réflexions sur “Sherman Alexie – Le premier qui pleure a perdu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s